[ Skip to Main Content ]
COVID-19: How We’re Responding

Media Center

@EngenderHealth a tenu à soutenir le @MinistereEnfant et toutes les organisations militantes pour les #droits des #femmes en #civ225 lors de l'offensive #orange ce samedi 4 décembre 2021

@CACi225
#OrangeTheWorld
#16JoursDactivismeIci

Today is Intl Day of Persons w/ Disabilities. More than 1 billion people are living with a disability. In Tanzania, we partnered w/ @CCBRTTanzania to ensure supported family planning activities are accessible. Learn more ➡️ http://bit.ly/3gYT6tj
#IDPD #EveryoneIncluded #CRPD

@EngenderHealth’s “Do No Harm” Framework informs @USAID_MOMENTUM’s work with partners in #DRC, #Nigeria, & #Mozambique to integrate #GBV screening into #fistula care. Read more about how this novel approach will keep women safe: http://usaidmomentum.org/making-the-connection-between-gender-based-violence-and-fistula-care

#MOMENTUMAgainstGBV

📣 We're #hiring an experienced Analyst, International Finance and Pricing, to oversee the financial & accounting management of our country offices & support the development & pricing & costing of proposals. Salary & benefits in posting. Apply now ➡️ http://ow.ly/7YFH50H2miT

On Dec. 3, EngenderHealth Country Representative for India Dr. Ajay Khera will participate in a #DigitalHealthWeek panel discussion on digitized Clinical Decision Support to assist frontline healthcare workers in Africa & Asia during COVID-19. Register ➡️ http://ow.ly/ZKSK50H1uf9

According to @UNAIDS, 37.7 million people were living with HIV in 2020. To end the epidemic, we need to focus on community-led solutions, provide equitable access to health services & ensure healthcare workers have training & resources to provide high-quality care. #WorldAIDSDay

Thank you for supporting us on #GivingTuesday! Your generosity will enable us to continue advancing sexual and reproductive health and rights and gender equality. If you couldn’t give yesterday, you can still make a difference by donating today ➡️ http://bit.ly/GivingTuesEH

Today is #GivingTuesday. We’re working with individuals & communities around the globe to make a gender-equal world a reality, but we can’t do it without your help!

Visit http://bit.ly/GivingTuesEH to donate & support this vital work.

We’re excited to introduce our 1st Youth Advisory Council in Ethiopia! The 15 volunteers, ages 14–24, will support youth access to SRH services, ensure #youth participation in projects & contribute youth perspectives to addressing #SRHR issues. #OrangeTheWorld #16Days #EndGBV

Aujourd'hui 24 novembre, veille de la commémoration des #16jours , marque la fin de l'atelier de formation des médias et blogueurs sur les #VBG. Nous tenons à remercier tous nos partenaires qui ont rendu cela possible.
@MinistereEnfant @UnfpaCI @ACF_CI @EngenderHealth @CACi225

Load More...
May 21, 2015

New Findings Support Faster, More Cost-Effective Recovery for Women Following Obstetric Fistula Repair Surgery

Potential to Impact Treatment of 2 Million Women Living with Devastating Childbirth Injury

Version française ci-dessous 

NEW YORK, April 21, 2015—EngenderHealth, a leading global women’s health organization, announced publication of study results in The Lancet that have the potential to dramatically improve standards of care following obstetric fistula repairs. By demonstrating that short-duration catheterization is safe and effective in appropriate cases, the large-scale study, conducted by EngenderHealth’s Fistula Care Project (now Fistula Care Plus) in collaboration with the World Health Organization (WHO), will inform current clinical practice, improve quality of care and allow for greater access to surgery.

Although rare in many parts of the world, obstetric fistula remains a devastating childbirth injury among women who lack access to quality health care, primarily in Africa and Asia. To date, the evidence base for procedures related to fistula repair surgery is limited, and practices vary widely. Implementation of these findings will shorten the duration of catheterization, reduce discomfort and side effects for women, lower costs, shorten women’s hospital stays, and enable treatment of more women at facilities limited by bed space.

“These findings provide a major step forward in standardizing care and improving treatment for women,” said Dr. Joseph Ruminjo, clinical director of EngenderHealth’s Fistula Care Plus project. “We hope that with continued research, along with enhanced prevention, access to treatment and reintegration efforts, we can along with our partners achieve the long-term goal: to make fistula a rare event for future generations.”

Duration of bladder catheterization is the primary contributor to the length of a woman’s hospital stay following fistula repair surgery. The trial randomized 524 participants in need of simple fistula repair to seven-day versus 14-day catheterization at eight sites across eight African countries. It found no negative consequences when seven-day catheterization was used and no advantages to catheterizing women for longer periods of time.

“We worked with a broad range of partners to prioritize research that will have the greatest immediate impact,” said Dr. Ahmet Metin Gulmezoglu, WHO. “These findings can be easily put into practice, but will have the tremendous gain of allowing women to return to their daily lives more quickly and with less strain, as well as accommodating more surgical repairs.”

This study’s multicenter randomized controlled trial design provides one of the strongest types of research evidence. The Fistula Care Plus project is now developing a clinical guideline to enable health care providers to incorporate the study findings into their services for women with fistula.

Obstetric fistula is typically caused by obstructed labor, after which the infant is most often stillborn and the woman is left with a hole in the birth canal that makes her incontinent. While largely preventable, 1 to 2 million women are believed to be in current need of fistula repair. Women with obstetric fistula are sometimes abandoned or neglected by their husbands and families, often are unable to work, and may be ostracized by their communities.

This study was made possible through the U.S. Agency for International Development (USAID)-supported Fistula Care Plus project.

About the Study

This randomized, controlled, open-label, non-inferiority trial was performed at eight hospitals in eight African countries between January 2012 and August 2013. Participants diagnosed with simple fistula were randomized into two groups: bladder catheterization for seven days (n=261) or for 14 days (n=263) after fistula repair surgery. The primary outcome was fistula repair breakdown at any time between eight days following catheter removal and three months post-surgery. Results demonstrated that seven-day catheterization is not inferior to 14-day catheterization in women recuperating from uncomplicated fistula surgery. Rates of repair breakdown were 4.0% (10/250; 95% CI 2.1–7.5) in the seven-day group and 3.2% (8/251; 95% CI 1.5–6.4) in the 14-day group (RD 0.8%, 95% CI -2.8–4.5). There was no evidence of significant differences between the groups in such secondary outcomes as urinary retention during hospital stay, infections, febrile episodes, prolonged hospitalization, or residual incontinence at three months.  

About Fistula Care Plus

Fistula Care Plus is a five-year fistula repair and prevention project managed by EngenderHealth and funded by the U.S. Agency for International Development. It builds on, enhances, and expands the work undertaken by the previous Fistula Care project (2007–2013). With appropriate resources, awareness, knowledge, and strong health systems for prevention, treatment, and reintegration, fistula can become a rare event for future generations.  EngenderHealth’s partners in Fistula Care Plus are the Population Council, Dimagi, Direct Relief, Fistula Foundation, the Maternal Health Task Force, and TERREWODE. Visit www.fistulacare.org for more information.

About EngenderHealth
EngenderHealth is a leading global women’s health organization committed to ensuring that every pregnancy is planned, every child is wanted, and every mother has the best chance at survival. In 20 countries around the world, we train health care professionals and partner with governments and communities to make high-quality family planning and sexual and reproductive health services available—today and for generations to come. Visit www.engenderhealth.org for more information.


Media Contacts:

Megan Reback: mreback@engenderhealth.org/212-561-8521

 

###

De nouveaux résultats viennent à l’appui d’une guérison plus rapide et plus rentable pour

les femmes à la suite d’une chirurgie réparatrice de la fistule obstétricale

Effets potentiels sur le traitement de 2 millions de femmes vivant avec de graves lésions  causées par l’accouchement

NEW YORK, le 21 avril 2015—EngenderHealth, une organisation internationale de premier plan œuvrant pour la santé des femmes, a annoncé dans The Lancet, la publication des résultats d’une étude qui pourrait considérablement améliorer les normes de soins dispensés après des réparations de fistules obstétricales. En démontrant que le cathétérisme de courte durée est sûr et efficace le cas échéant, l’étude de grande envergure, menée par le projet Fistula Care (aujourd’hui dénommé Fistula Care Plus) en collaboration avec l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), permettra de faire le point sur les pratiques cliniques actuelles, tout en améliorant la qualité des soins et en contribuant à un meilleur accès à la chirurgie.

Bien qu’elle soit rare dans de nombreuses régions du monde, la fistule obstétricale reste une lésion dévastatrice liée à l’accouchement chez les femmes pour lesquelles l’accès à des soins de qualité fait défaut, essentiellement en Afrique et en Asie. À ce jour, les données en matière de procédures relatives à la chirurgie réparatrice de la fistule sont limitées, et les pratiques varient considérablement. La mise en œuvre des résultats obtenus abrégera la durée du cathétérisme, limitera l’inconfort et les effets secondaires pour les femmes, elle réduira les coûts, et écourtera la durée de l’hospitalisation des patientes, de même qu’elle permettra de soigner davantage de femmes dans les établissements dont la capacité d’accueil est restreinte.

Ces résultats représentent une avancée majeure en faveur de la standardisation des soins et de l’amélioration des traitements administrés aux femmes, » a déclaré le Docteur Joseph Ruminjo, directeur clinicien du projet Fistula Care Plus d’EngenderHealth. « Nous espérons qu’avec la poursuite des recherches et une prévention accrue, l’accès aux traitements et les efforts de réinsertion, nous pourrons atteindre un objectif à long terme, avec nos partenaires : faire de la fistule une maladie rare pour les futures générations. »

La durée du cathétérisme de la vessie constitue le principal facteur de la durée de l’hospitalisation d’une femme à la suite d’une chirurgie réparatrice de la fistule. Cette étude a randomisé 524 participants nécessitant une réparation de fistule simple avec un cathétérisme de sept jours contre quatorze jours dans huit sites à travers huit pays africains. L’étude n’a révélé aucune conséquence négative lorsque le cathétérisme de sept jours a été utilisé et elle n’a montré aucun avantage en matière de cathétérisme de plus longue durée chez les femmes.

Nous avons travaillé avec un large éventail de partenaires afin d’établir des priorités de recherches qui auraient un impact majeur sur le champ, » a affirmé le Docteur Ahmet Metin Gulmezoglu de l’OMS. « Ces résultats peuvent facilement être mis en pratique, mais ils auront l’avantage d’aider les femmes à retrouver leur vie quotidienne plus rapidement et avec moins de pression tout en permettant de prendre en charge plus de chirurgies réparatrices. »

Cet essai randomisé contrôlé multi-centré fournit un des types de données issues de recherches les plus solides.  Le projet Fistula Care Plus travaille actuellement sur l’élaboration de directives cliniques pour permettre aux prestataires de soins d’intégrer les résultats de l’étude à leurs services destinés aux femmes atteintes de fistule.

La fistule obstétricale est généralement causée par un travail obstrué, après lequel le nourrisson est souvent mort-né tandis que la mère souffre d’une déchirure dans le canal vaginal ce qui la rend incontinente. Bien que la fistule soit dans une large mesure évitable, 1 à 2 millions de femmes auraient besoin d’une réparation de la fistule. Les femmes souffrant de fistule obstétricale sont souvent abandonnées ou négligées par leurs maris et familles, dans la plupart des cas, elles sont dans l’incapacité de travailler et elles peuvent être victimes d’ostracisme de la part de leurs communautés.

Cette étude a été possible grâce au projet Fistula Care Plus soutenu par l’Agence américaine pour le développement international (USAID).

À propos de l’étude

Cet essai randomisé, contrôlé de non-infériorité a été mené dans huit hôpitaux situés dans huit pays africains, entre janvier 2012 et août 2013. Les participantes chez lesquelles une fistule simple a été diagnostiquée ont été randomisées au sein de deux groupes: le cathétérisme de la vessie pendant sept jours (n=261) ou pendant 14 jours (n=263), à la suite d’une chirurgie réparatrice de la fistule. Le principal résultat était la rupture de la réparation de la fistule à tout moment entre 8 jours, après le retrait du cathéter, et trois mois après l’opération. Les résultats ont démontré que le cathétérisme de sept jours n’est pas inférieur au cathétérisme de 14 jours chez les femmes qui se rétablissent d’une intervention sur fistule simple. Les taux de rupture de réparation de la fistule étaient de 4,0% (10/250; 95% IC 2,1-7,5) dans le groupe des sept jours et de 3,2% (8/251; 95% IC 1.5-6,4) dans le groupe de 14 jours (DR 0.8%, 95% IC – 2,8-4,5). Aucune donnée n’a trouvée que des différences significatives aient existé entre les groupes en ce qui concerne les résultats secondaires tels que la rétention urinaire pendant le séjour à l’hôpital, les infections, les épisodes de fébrilité, l’hospitalisation prolongée ou l’incontinence résiduelle trois mois après l’opération.  

À propos de Fistula Care Plus

Fistula Care Plus est un projet de cinq ans consacré à la réparation et à la prévention de la fistule, financé par l’Agence américaine pour le développement international et administré par EngenderHealth. Il tire parti du travail entrepris par le projet précédent, Fistula Care (2007-2013) qu’il améliore et développe. Grâce à des ressources, à la sensibilisation, à des connaissances adaptées et avec des systèmes de santé solides en vue de la prévention, du traitement et la réinsertion, la fistule peut devenir une maladie rare pour les générations à venir.  Les partenaires d’EngenderHealth pour Fistula Care Plus sont le Population Council, Dimagi, Direct Relief, la Fistula Foundation, la Maternal Health Task Force, et TERREWODE. Visitez www.fistulacare.org pour plus d’informations.

À propos d’EngenderHealth

Une organisation internationale de premier plan œuvrant pour la santé des femmes, qui s’engage à veiller à ce que chaque grossesse soit planifiée, chaque enfant désiré et que chaque mère ait les meilleures chances de survie. Dans 20 pays à travers le monde, nous formons des professionnels de soins de santé et nous collaborons avec les gouvernements et communautés pour mettre des services de planification familiale et de santé sexuelle et reproductive de haute qualité à des dispositions des populations—aujourd’hui et pour les générations à venir. Visitez www.engenderhealth.org  pour plus d’informations.

###

Share this page: